8 jours
Durée

la Crète et son histoire : une passion

Découvrez la Crète à travers son histoire et ses monuments anciens et actuels, et pourquoi pas ?

Allez à la rencontre de la Crète contemporaine pour mieux connaître son passé unique et prestigieux, quelle aventure !

Partez donc à la rencontre des Minoens, des Vénitiens, des Byzantins et voyagez dans le temps pour mieux comprendre cette histoire unique et précieuse pour l’humanité. Découvrez les monastères et les églises, blottis au pied des montagnes, visitez les musées parés de leurs plus beaux trésors, allez à la rencontre du Roi Minos à Knossos pour apprécier la richesse de cet héritage unique.

C’est cette combinaison que nous vous proposons et qui vous permettra d’apprécier non seulement un patrimoine architectural d’exception mais aussi la découverte de villes, de villages nichés dans une végétation variée et exceptionnelle !

INCLUS DANS LE PRIX
PRIX EN EURO GUIDE LOCAL FRANCOPHONE
BUS CLIMATISE ENTRÉES DANS TOUS LES SITES

PENSION COMPLETE DU DINER LE JOUR 1 AU PETIT-DEJEUNER LE JOUR 8

ASSISTANCE A L’AEROPORT POUR L’ARRIVEE ET LE DEPART

HOTELS : 3 NUITS A L’OUEST + 4 JOURS A L’EST DE L’ILE

HOTELS 3* OU 4*

Information additionnelle

AgeTout âge
DatesAvril à Octobre
LIEUCrète-Grèce
Durée8 jours
TAILLE DU GROUPEDe 16 à 50 personnes
1

Jour 1 : Arrivée à Héraklion

Envol à destination d’Héraklion. A votre arrivée, accueil et transfert à votre hôtel à Réthymnon. Installation pour 3 nuits. Dîner et nuit.

2

Jour 2 : Alikampos - Kiriakoselia – Aptera - La Canée.

Alikampos, centre d’activités révolutionnaires contre les Vénitiens, ces derniers la détruisirent en 1527 en interdisant au peuple de reconstruire. Dans le village, des vestiges vénitiens existent encore. Nous trouvons dans un virage menant au village, une fontaine vénitienne. Tout près, un petit sentier descend à l’église byzantine  de la Panagia cachée dans les arbres. L’église est décorée de fresques encore en bon état datant de 1316 et peintes par Ioannis Pagamenos.

Continuation. Au creux d’un ravin et nichée en pleine nature, l’église Saint Nicolas à Kiriakoselia, l’une des plus belles églises byzantines de l’île, réputée pour ses fresques exceptionnelles.

Continuation vers le célèbre site archéologique d’Aptera. Fondée vers le VIIIe siècle avant J.C à la fin de l’époque minoenne, la ville atteint son apogée a l’époque hellénistique. Aptera, par sa position stratégique dans la baie de Souda, possèdent 2 ports. Elle continue à être une importante cite à l’époque romaine puis lors des premiers temps de l’empire byzantin. Continuation vers la Canée. Déjeuner sur le port de cette ville pittoresque où se mêlent influences byzantines, vénitiennes, turques et allemandes.

Au pied des Lefka Ori, montagnes aux sommets parfois enneigés, la Canée ou Chania ordonne ses ruelles étroites autour d’un port de pêche où le temps semble arrêté… Du moins, c’est l’impression que laisse le charmant vieux quartier vénitien et ottoman, à l’intérieur des remparts, donnant sur une rade tranquille.

Des quartiers vénitiens, turcs et juifs entiers sont sauvegardés avec des bâtiments bien préservés dans de pittoresques rues étroites. La vieille ville est prise dans ses murailles constituées de bastions, de fossés et de quelques ruines du mur d’enceinte. On y trouve également un port vénitien et un phare de construction ottomane, une forteresse, la mosquée turque, et un complexe maritime vénitien datant du XVème siècle. Dîner et nuit à l’hôtel

3

Jour 3 : Réthymnon – Monastère d’Arkadi.

Visite de la ville de Réthymnon. Le site de l’antique Rethymna est occupé depuis l’époque minoenne. La ville devint une cité puissante avec les Mycéniens, mais elle déclina très vite. Au XIIIème siècle, les Vénitiens transforment le modeste village en place administrative et commerciale de premier plan.

De somptueux palais, de riches demeures, des églises sont construites dans un style italien. Mais, à la fin du XVIème siècle, Réthymnon subit les attaques de Barberousse qui la met à sac et l’incendie. Les Vénitiens décident alors d’élever une imposante citadelle et des remparts, mais en vain, car en 1646, la cité est prise par les Ottomans.

Ceux-ci construisent alors des mosquées et de belles maisons en bois. Aujourd’hui, troisième ville de Crète,  Réthymnon est renommée pour son vieux port, ses quais bordés de restaurant de poissons, ses petites places, ses rues étroites, son imposant fort dominant la mer, et ses anciennes mosquées. Déjeuner a Réthymnon.

Dans un paysage de collines et gorges profondes à la végétation variée, visite du Monastère d’Arkadi dont les premières constructions datent du XIème siècle.

Il figure parmi les hauts lieux de Crète tant du fait de son site sur le rebord d’un plateau dominant des gorges sauvages, que par un épisode héroïque de la lutte pour l’indépendance de l’île.

En 1866, un millier de Crétois s’y réfugièrent et, après avoir soutenu pendant deux jours un combat désespéré face à 12 000 soldats turcs, ils préférèrent exploser la poudrière plutôt que de se rendre. Dîner et nuit à l’hôtel.

4

Jour 4 : Réthymnon - Héraklion et Musée Archéologique

Le musée archéologique d’Héraklion est l’un des principaux musées de Grèce, considéré comme le deuxième plus grand musée du pays.

Fondé en 1883, il abrite une collection représentative de la Préhistoire et de l’histoire de la Crète sur les 5.500 ans allant du Néolithique à l’époque romaine, principalement la plus grande collection de Grèce d’objets minoens venus des palais de Knossos, Phaistos, Malia, Zakros ou Aghia Triada. Déjeuner dans une taverne.

Héraklion, capitale de la Crète, s’étendant sur une superficie de 12000 hectares, a été bâtie au VIe siècle avant la naissance du Christ en l’honneur d’Héraclès, le plus célèbre des héros grecs. Depuis l’époque archaïque jusqu’à la fin du XXe siècle, la ville a connu plusieurs peuples et cultures en raison des invasions et occupations multiples. Les empreintes laissées par ces peuples perdurent au cœur des musées, mais aussi des édifices érigés au fil des époques. Ces richesses culturelles inestimables constituent ainsi les principaux monuments d’Héraklion : construite vers 1555, l’église Agia Ekaterini exhibe les particularités du savoir-faire architectural des Byzantins et des Vénitiens. Au cœur de l’église, les visiteurs admirent entre autres les statuettes, les fresques et les tableaux caractérisant l’ère du Renouveau, les loggias vénitiennes, la fontaine Morosini, la forteresse de Koules, la cathédrale Saint-Minas figurent aussi parmi les sites à découvrir au cœur d’Héraklion. Dîner et nuit dans un hôtel à Héraklion.

5

Jour 5 : Malia – Eglise de Panaghia Kera a Kritza – Île de Spinalonga.

Occupée dès le néolithique, le site archéologique de Malia est le troisième de la Crète minoenne par son importance. Etablie par l’Ecole Française d’Athènes, une exposition  permet de prendre connaissance des lieux : ville, palais, centre administratif, sanctuaires, entrepôts, silos… sur lesquels Sarpedon, frère de Minos régnait. Le secteur est également réputé, suite à la découverte non loin de là au nord à Kato Khrysolakkos (la nécropole) d’un pendentif minoen en or représentant deux abeilles suçant une goutte de miel : bijou que l’on peut voir au musée d’Heraklion.

Près du village de Kritsa au sud d’Agios Nikolaos, la petite église de Panagia Kera, véritable trésor de l’art byzantin. A l’intérieur se trouvent de merveilleuses fresques datant du 13e siècle et du 14e siècle. Les scènes religieuses représentées sur ces fresques témoignent de la coexistence d’éléments caractéristiques de l’art byzantin mais aussi de l’époque paléolithique. Vous pourrez y admirer les peintures de la Cène, de la Fête chez Hérode ainsi que des représentations de Saint François d’Assise dont la présence est rare dans les églises crétoises. Cela démontre l’adoption d’un saint catholique dans l’iconographie orthodoxe. Une route sinueuse surplombant le golfe de Mirabello nous permettra de rejoindre le village de pécheurs d’Elounda. Déjeuner dans une taverne.

Embarquement pour une traversée dans le golfe de Mirabello jusqu’à l’île de Spinalonga. Visite de cet îlot rocheux, fortifié au XVIème siècle par les vénitiens sur les ruines de l’ancienne acropole et qui abrita ensuite une léproserie.

Juste en face de la pointe nord de la presqu’île d’Elounda se trouve l’îlot rocheux de Spinalonga, également appelé Kalydon.

Les Vénitiens construisirent en 1579, sur les ruines d’une acropole antique, une puissante forteresse destinée à protéger le port d’Elounda. Les hauts murs et les deux bastions circulaires, sur le dessus de la colline, permettaient à l’artillerie de commander l’entrée du port. Cette forteresse, dont il subsiste d’impressionnants vestiges, était l’une des places fortes les plus importantes et des mieux défendues de Crète, et fut l’une des seules à ne pas tomber aux mains des Turcs quand ceux-ci conquirent la Crète en 1669.Mais après un siège de 3 mois, les Vénitiens durent céder la place aux Turcs. Quand ceux-ci furent à leur tour chassés de Crète, on décida d’y parquer les personnes atteintes de la lèpre.

La léproserie, la dernière en Europe, se trouvait dans le fort vénitien, restauré par les lépreux qui y vécurent de 1903 à 1957. Le dernier habitant, un prêtre, y aurait vécu jusqu’en 1962. Dîner et nuit dans un hôtel à Héraklion.

6

Jour 6 : Knossos – Peza – Archanes – Vathipetro.

Départ pour la visite du Palais de Knossos, le site le plus célèbre de l’île et ancienne capitale de la civilisation minoenne. Découverte du Palais de Minos et du labyrinthe du Minotaure.

La culture crétoise est une des plus ancienne de Grèce. D’ après la légende, le roi de Crète Minos, exigeait tous les trois ans, un tribut à Athènes de 7 jeunes hommes et 7 jeunes filles destinés à servir de pâture au Minotaure, monstre mi-homme mi-bête enfermé dans le labyrinthe du palais.

Thésée, alors prince d’Athènes, voulut faire partie du convoi, avec l’idée de supprimer le Minotaure et par là, cet odieux tribut. Arrivé en Crète, il rencontra Ariane, fille du roi, et ils tombèrent amoureux. Avec la promesse qu’il la ramènerait avec lui pour l’épouser, cette dernière, sur les bons conseils de l’architecte Dédale (celui-là même qui avait construit le labyrinthe), lui confia deux objets: un poignard pour tuer le Minotaure, et une pelote de fil pour l’aider à retrouver son chemin dans le labyrinthe. Ainsi équipé, il put terrasser le Minotaure et s’enfuir de l’île avec ses compagnons et Ariane, brisant le lourd sacrifice au roi Minos.

Continuation vers le village d’Archanes, blotti dans une région viticole. Visite du musée archéologique d’Archanes. Déjeuner dans une taverne.

Départ vers le village de Peza, dégustation de vin crétois dans une coopérative locale.

Non loin du village de Vathipetro, se trouve une villa minoenne (un mégaron = une grande pièce). Elle est située sur une colline avec une vue sur la vallée.  La villa fut détruite à la même époque que le palais en Crète. Un temple en 3 parties fut découvert, qui rappelle les fresques des temples de Knossos et de Zakros. Dîner et nuit dans un hôtel à Héraklion.

7

Jour 7 : Gortys – Agia Triada – Agios Fanourios – Festos

En empruntant la route vers le Sud, traversant la plaine fertile de Messara, le grenier de la Crète, nous arrivons à l’ancienne capitale romaine : Gortys. Cette ville est l’une des plus anciennes de Crète. Nous y visiterons l’Odéon, petit amphithéâtre du 1 er siècle av. J.C  et y découvrirons La Grande Epigraphe située derrière l’Odéon, datant du Ve siècle av. J.C., plus connue comme  « lois de Gortyne », première loi d’Europe. Le texte d’une grandeur de 600 lignes, détaille les lois sur le mariage, le divorce, les agressions, les vols, l’héritage, la propriété et la condition des esclaves. Avant de quitter les lieux, nous  ferons un court arrêt devant la basilique Saint Tite (Agios Titos), saint patron de l’île, datant du V le siècle ap. J.C.   C’est le plus ancien monument de la chrétienté en Crète. Au Vllle siècle ap. J.C, elle fut détruite par les Sarrasins et Gortyne ne fut plus jamais ni habitée, ni reconstruite.

Le site archéologique d’Agia Triada  a une histoire complémentaire et étroitement liée au Palais minoen de Phaistos de la période néopalatiale (1700 à 1450 avant notre ère). Situé seulement à 3 km à l’ouest, la villa royale telle qu’elle est souvent nommée, est considérée comme étant vraisemblablement la résidence de hauts dignitaires. Elle présente par ailleurs toutes les caractéristiques de l’architecture palatiale minoenne. La villa et ses dépendances semblent avoir été bâties au milieu du XVIe siècle et utilisée sur une centaine d’années avant sa destruction. Déjeuner. L’église d’Agios Fanourios (en grec « fanerono » veut dire je révèle), fait partie du monastère de Valsamonero, reconnu comme grand centre spirituel du XIVe siècle et appartenant aux anciennes écoles d’icônes crétoises. Ses fresques du XIVe et des XVe siècles consacrés à Marie et à Jean comptent parmi les plus remarquables de l’île.

A quelques km à l’ouest de Gortyne, nous arrivons sur la colline où se trouve le palais de Phaistos, (deuxième ville en Crète, pour son importance archéologique, après Knossos, citée en raison de son importance dans les textes d’auteurs anciens tels que Diodore, Strabon, Homère et Pausanias). Phaistos bénéficie d’une situation exceptionnelle, avec une vue panoramique sur la terre de Messara et sur les sommets jumeaux du mont lda, plus connus sous le nom de Psiloritis. Ce site, fut comme Knossos, détruit par un séisme autour de 1700 av. J.C., immédiatement reconstruit avant d’être à nouveau rasé en 1450 av. J.C.. Phaistos, fut réinvesti à la fin de l’âge de bronze et devint une cité prospère jusqu’au lle siècle av. J.C., avant d’être balayée par Gortyne qui devient à l’époque, capitale de la Mèssara. Retour à l’hôtel pour le dîner et nuit.

8

Jour 8 : Départ d'Héraklion

Selon les horaires de vol, transfert à l’aéroport et envol pour votre pays.

Pour des raisons techniques, le sens du circuit pourra être inversé, mais l’intégralité des visites sera respectée

Day 1-4:

Day 5:

Day 6-8: